Déry, un site inspirant

Dès la fin du XVIIIe siècle, mais particulièrement au siècle suivant, le site Déry devint une merveilleuse source d’inspiration pour les artistes du paysage. Ils vinrent nombreux esquisser, munis de pastels ou de pinceaux, des vues du pont, de la tumultueuse rivière et de ses fosses prisent d’assaut par les pêcheurs. Pour la plupart des militaires britanniques en permission, ces artistes répondaient aux patronymes de Davis, Heriot, Barnard, Warre, Cockburn, Wallace ou Krieghoff. Leurs œuvres témoignent des splendeurs naturelles du site, des ponts érigés pour traverser la rivière, de l’allure de la maison Déry et de la popularité de la pêche au saumon. D’autres, comme Frederic Tolfrey ou Water Henry, usent plutôt de leur plume pour dire la beauté du lieu et livrer, dans des récits inspirés, les extraordinaires parties de pêche vécues au pont Déry.

Même si des « rumeurs fondées » racontent que certains avaient le crayon ou la plume fantasque et, qu’entraînés par leur inspiration, ils auraient un peu modifié la réalité, leurs œuvres ont toutes contribué à faire de Déry un espace magique.

Encore aujourd’hui, le site inspire… Il n’est pas rare d’apercevoir sur les bords escarpés de la rivière quelques « croqueurs de paysage » émerveillés par la majesté du lieu.

<- Précédente